BMP-3

Historique

Successeur désigné des BMP-1 et BMP-2 russes, le BMP-3 a été réalisé par Kurganmashzvod (chassis) et KBP (tourelle) et serait entré en production en 1986 pour entrer en service au début des années 1990. L’armée russe a décidé de mettre fin à ses commandes en 2010 mais il reste en production pour l’export.

Le BMP-3 est reconnu comme ayant la puissance de feu la plus importante des véhicules de combat d’infanterie (VCI) de sa catégorie ! Son armement principal comprend notamment en tourelle un canon de 100mm, un canon de 30mm et une mitrailleuse de 7,62mm. Selon l’armée russe, le BMP-3 serait capable d’engager une cible à 1 000m en moins de trois secondes et avec 90% de coups au but. La seconde cible peut être engagée en 5 secondes. A 2 000m, il faut compter 14 secondes pour la première cible et vingt pour la seconde.

Si l’armement du BMP-3 est redoutable, son blindage est par contre plus critiqué par certains experts. L’utilisation d’un blindage en aluminium est notamment critiquée. De plus, le BMP-3 serait peu évolutif car son poids et sa motorisation sont insuffisants pour permettre l’ajout de surblindages. Notons par contre que le BMP-3 est totalement amphibie. Dans l’eau, il est propulsé par deux propulseurs tandis qu’un schnorkel alimente le moteur en air. Une lame dozer est située à l’avant du BMP-3 pour dégager d’éventuels obstacles. Le BMP-3 est aérotransportable par hélicoptère lourd Mi-26 ou par avion cargo Il-76 duquel il peut aussi être aérolargué avec une palette spécifique (une technique que très peu de forces aéroportées dans le monde maîtrisent hormis les russes).

La disposition de l’équipage est "originale" : le pilote est au centre à l’avant du véhicule tandis que deux membres d’équipage peuvent prendre place de chaque côté du pilote. Ils disposent d’épiscopes et de trappes de toit pour sortir, ce qui les expose néanmoins au feu ennemi. Le BMP-3 russe a souvent été critiqué sur ce point tout comme les BTR. La tourelle du VCI est au milieu du véhicule avec le chef de char à droite et le tireur à gauche. Le reste de l’équipage (5 hommes) prend place dans le compartiment arrière. Le BMP-3 est protégé contre les menaces NBC et peut recevoir en option un système de climatisation, un équipement de vision nocturne ou le système de protection active Arena généralement proposé sur les chars russes. En plus du VCI de base, de nombreuses versions spécifiques (anti chars, dépannage, commandement, combat amphibie, reconnaissance, etc.) ont été développées.

Versions

- BMP-3 : version de base du véhicule de combat d’infanterie apparue en 1990. Son armement comprend en tourelle un canon 2A70 de 100mm à chargement automatique (40 obus de 4 000m de portée), un canon 2A72 de 30mm (500 obus portant à 2 000m contre un véhicule ou 4 000m contre un hélicoptère) et une mitrailleuse PKT de 7,62mm (6 000 coups portant à 1 500m) coaxiaux. A cela s’ajoutent deux mitrailleuses de caisse de 7,62mm. Le canon de 100mm tire des obus HE à fragmentation 3UOF17 et 30F32 (8 à 10 coups minute), des missiles à guidage laser semi-automatique 9M117 (AT-10 Stabber d’une portée de 5 500m) à raison de 8 missiles. L’armement en tourelle est stabilisé. Cette dernière a une élévation de -5° à +60° permettant d’engager des hélicoptères.

- BMP-3K : version de commandement équipée de matériels de communication et de navigation supplémentaires. L’armement reste identique au VCI mais l’équipage est de 6 hommes.

- BMP-3F : version du VCI de base sans sa lame dozer et spécialement modifiée pour le combat amphibie avec une nouvelle entrée d’air à l’arrière droit notamment. Il pourrait naviguer par mer force 3 et effectuer des tirs précis jusqu’à mer force 2.

- BMP-3M : prototype modernisé du VCI de base avec plusieurs possibilités de modernisation pour l’armement (nouvelles munitions guidées laser de 100mm, nouveau missile 9M117M1 Arkan de 5 500m de portée), l’électronique, la protection (système Arena ou Shtora, nouveaux blindages), la motorisation (moteur UTD-32T V-10 de 660 chevaux), etc. Le BMP-3M n’a pas encore fait l’objet de commandes.

- BMP-3 de formation : la tourelle et son armement sont remplacés par une structure fixe et panoramique pour l’instructeur.

- BRM-3K Rys (Lynx) : version de reconnaissance révélée en 1993. Elle a été développée par Rubtsovsk Machine Building Plant (RMZ). Elle se distingue du VCI par l’absence du canon de 100 mm et des deux mitrailleuses de caisse mais il conserve le canon de 30 mm et la mitrailleuse coaxiale de 7,62 mm. 4 missiles anti-chars sont aussi embarqués. L’équipage comprend 6 hommes dont le chef de groupe reco, le chef de véhicule, le tireur, le conducteur, le navigateur et l’opérateur radio. Les équipements de communication radio HF porteraient à 350 km à l’arrêt et 100 km en marche (40km pour la VHF/UHF). Les équipements dédiés à la reconnaissance comprennent notamment un désignateur laser, un système de vision nocturne IR et thermique (3 km de portée) ainsi qu’un radar (12 km). Un détecteur de radars est disponible en option ainsi que des équipements de reconnaissance débarquables jusqu’à 6 km en avant du véhicule pour plus de discrétion. Selon son constructeur, le BRM-3K serait enfin capable d’opérer à 100 km de profondeur dans le dispositif ennemi. Le BRM-3K aurait été produit en petite série pour l’armée russe mais n’a pas été exporté.

- BREM-L Beglianka : version de dépannage équipée d’une tourelle à 1 homme en lieu et place de celle du BMP-3. Le BREM-L dispose d’une grue à bras téléscopique (pouvant soulever 6 à 12 tonnes), d’un treuil (20 à 40t), d’une lame-dozer frontale et de matériels (outils de découpage pour l’acier et l’aluminium notmment) et pièces de rechanges embarqués dans le compartiment arrière. Un moteur de rechange peut notamment être transporté à l’arrière. Une mitrailleuse PKT de 7,62mm assure l’autodéfense de l’engin. BREM-L signifie "Bronirovannaya REMontno-evakuatsionnaya-L".

- 2S31 Vena : automoteur d’artillerie équipé d’un canon/mortier de 120mm qui prend place dans une tourelle remodelée et plus volumineuse que celle du VCI. Pesant 19,5t, l’automoteur est équipé d’un télémètre et désignateur laser ainsi que d’un système de vision nocturne. Cette version, apparue en 1998, a un équipage de 4 hommes : un chef de char, un pilote, un tireur et un chargeur. Le canon de 120mm peut tirer plusieurs types de munitions dont des obus HE de 18km de portée, des munitions à guidage laser de 14km de portée et des obus à sous munitions de 11km de portée. Des mines peuvent également être tirée. Au total, 70 obus peuvent être emportés par le 2S31 Vena. Cette version ne serait pas encore entrée en production en série bien qu’une commande russe ait été évoquée pour 2010.

- BMP-3 Kornet-E : version antichar apparue en 1994 avec une tourelle à 2 lance-missiles 9M114 (ou AT-14) Kornet-E, de 5,5 km de portée et à guidage laser, en remplacement de celle du VCI. La tourelle est équipée d’un système érecteur pour les deux lance-missiles et d’un système de rechargement automatique contenant douze missiles. Quatre autres missiles sont emportés en réserve dans le compartiment arrière. Un autre lanceur de missile Kornet-E en version d’infanterie est emporté en soute pour une mise en oeuvre par l’équipage en cas de besoin. L’équipage est de 3 ou 2 hommes. Cette version ne serait pas encore entrée en production en série.

- BMP-3 Krizantema : chasseur de chars tout temps dont les travaux de développement auraient été lancés dès 1981 avant d’être gelés en 1991 juste après la sortie d’un premier prototype en 1990. Ils auraient repris à la fin des années 1990 (première apparition en 1996). La caisse du BMP-3 est modifiée (surélévation du toit, dépôt de la tourelle, équipage de seulement 2 hommes...) pour recevoir un bras élévateur à 2 lance-missiles anti-chars "Krizantema" ainsi qu’un système de chargement automatique à 15 missiles. Le missile 9M123 (AT-15 Krizantema) développé par KBM dispose de 2 modes de guidage (radar ou laser) et de 2 types de charges : HEAT en tandem contre les chars équipés de surblindages réactifs ou HE à fragmentation contre les fortifications et les hélicoptères. Une charge thermobarique pourrait également avoir été développée pour traiter l’infanterie. La portée maxi du missile est de 5 à 6 km. La production en série du BMP-3 Krizantema a été lancée en 2004 et il est officiellement entrée en service en 2005 dans l’armée russe. Proposé à l’export sous la désignation "Krizantema-S", il a été commandé par la Libye en 2009. Outre le lanceur 9P157-2 décrit ci-dessus, le système Krizantema comprend un véhicule de commandement (9P157-3 avec moyens radio supplémentaires) et un véhicule de commandement et de surveillance au niveau de la batterie (9P157-4). Ce dernier est équipé d’un radar de surveillance du champ de bataille, d’une caméra TV jour et d’un brouilleur. Son équipage est de 5 hommes et son armement ne comprend qu’une mitrailleuse d’autodéfense de 7,62 mm. Tous les Krizantema russes ont été modernisés en 2012 avec une caméra IR (en plus de la voie jour) et un système de climatisation. Il est envisagé de les doter d’un système de transmission automatique de cibles à l’avenir.

- Objet 502 : véhicule de commandement sur la base du châssis du BMP-3. Il est équipé de systèmes d’information et de communications ainsi que d’un mât télescopique pour les antennes. Ce véhicule aurait été testé dans les années 2000 mais serait resté à l’état de prototype.

- Objet 502TB : véhicule spécial sur la base du châssis du BMP-3. La caisse est plus volumineuse et abrite sans doute un espace cargo ou dédié à un système spécifique. Ce véhicule aurait été testé dans les années 2000 mais serait resté à l’état de prototype.

- UR-07M : version de l’Objet 502TB équipée d’un système de lancement de roquettes de déminage PSM-06 et PSM-06D. Elles permettent de déminer un corridor de respectivement 340 et 1000 mètres de long sur quelques dizaines de mètres de large. Le système serait efficace contre tout type de mine grâce à de puissantes charges de 8 kg d’explosifs. L’ensemble pèse 20 tonnes et l’équipage est de 2 hommes. L’UR-07M a été développé par Rubtsovsk Machine Building Plant (RMZ) dans les années 2000 mais est longtemps resté à l’état de prototype. Des informations non confirmées font état de sa possible introduction en service en 2014.

- Véhicule d’observation d’artillerie : un nouveau véhicule d’observation d’artillerie basé sur le BMP-3 est apparu en 2013. Il dispose d’un toit surélevé ainsi que de capteurs jour/nuit sur un mât télescopique et de systèmes de communications renforcés. Il pourrait détecter une cible jusqu’à 9 km et transmettre ses coordonnées à un PC d’artillerie distant de jusqu’à 15 km.

Schéma du BMP-3

BMP-3 BRM-3K BREM-L
DIMENSIONS
Equipage 3 + 7 6 3 + 2
Poids 18,7 t 19 t 18,7
Ratio poids/puissance 26,73 ch/t 26,31 26,73
Longueur 7,14 m 7 m 7,64 m
Largeur 3,23 m 3,15 m 3,3 m
Hauteur 2,65 m 2,37 m 2,71 m
PERFORMANCES
Vitesse maxi 70 km/h 70 km/h 70 km/h
Vitesse maxi amphibie 10 km/h 10 km/h 9 km/h
Rayon d’action 600 km 600 km 600 km
Elevation du canon -6/+60° -5/+60º
FRANCHISSEMENT
Tranchée 2.5 m 2.5 m 2,5 m
Obstacle vertical 0.8 m 0.8 m 0,8 m
Pente 60% 60% 60%
Dévers 30% 30% 30%
ARMEMENT
1 canon2A70 de 100 mm (40 munitions et 8 missiles) 1 canon 2A72 de 30 mm (600 coups) 1 mitrailleuse PKT de 7,62mm
1 canon 2A72 coaxial de 30 mm (500 coups) 1 mitrailleuse coaxiale PKT de 7.62 mm (2 000 coups)
3 mitrailleuses PKT de 7.62 mm dont une coaxiale (6 000 coups)
MOTORISATION
1 moteur UTD-29M de 10 cylindres et 500 chevaux idem idem

Le BMP-3 dans le monde

Pays Nombre Livraisons Commentaires
Russie 500 à 600 1986-2010 En service dans l’armée et les Marines. Un contrat de 250 M US$ a été signé mi 2007 pour des BMP-3, des pièces détachées ainsi que des réparations. Dernières quantités connues : 40 livrables en 2007, 42 en 2008, 50 en 2010. Les commandes n’ont toutefois pas toutes été respectées et le ministère russe de la défense est actuellement en procès contre Kurganmashzavod à ce sujet. La Russie a mis fin à ses commandes en 2010 en attendant l’arrivée d’un successeur vers 2015-16 dans le cadre du nouveau programme "Armata". Les Krizantema russes ont été modernisés en 2012.
Azerbaïdjan 1  ? hérité de l’ex-URSS
Chypre 43 1995-96 Dont au moins 1 BREM-L.
Corée du sud 60 1996-2005 Livrés par Moscou en 2 lots (23 en 1996-97 + 37 en 2005) en guise de paiement de ses dettes.
EAU 653 1992-2000 Dont 65 BREM-L. Un contrat de 74 M US$ a été signé en février 2011 pour moderniser 135 BMP-3 selon un périmètre non précisé.
Indonésie 34+20* 2010-13 17 BMP-3F commandés à crédit en 2007 (livrés en 2010) + 37 autres pour 114 MUS$ en mai 2012 (17 livrés en 2012 et le reste attendu d’ici 2013). L’Indonésie envisagerait d’en commander jusqu’à 60 autres d’ici 2 ans.
Koweït 122 1994-95
Libye 3 2011 Le gouvernement de M. Khadaffi aurait commandé des BMP-3 Krizantema (anti-chars) en 2009 mais n’en aurait reçu que 3 avant le déclenchement des combats contre les "rebelles" en 2011. Ces matériels ont été retournés contre les forces khadaffistes lors de la prise de la ville de Syrte.
Ukraine 4  ? hérités de l’ex-URSS
Venezuela 18+102* 2011- ? 18 livrés en mai 2011 sur 120 commandés en 2009. Versions : BMP-3M, BMP-3K et BREM-L.

Les prospects récents du BMP-3 sont :

- Algérie : certaines sources non confirmées évoquent des négociations en cours ou abouties pour une centaine de BMP-3.

- Arabie Saoudite : négociations en cours en complément de 150 chars T-90S.

- Grèce : la Russie et la Grèce ont signé un pré accord en décembre 2007 pour la fourniture de 420 BMP-3M destinés à remplacer les BMP-1 de l’armée grecque. Les négociations ont buté depuis sur plusieurs points durs, dont le montant financier du contrat (estimé entre 1,2 et 1,6 Mds € selon le périmètre retenu en terme d’outils, équipements, simulateurs, munitions...) et le schéma industriel (part locale, offsets, transferts de technologies), même si le gouvernement grec a réitéré à plusieurs reprises sa volonté de conclure un accord final avec les russes. Le programme semble gelé depuis 2010 et la crise financière de 2011 risque d’y mettre un point final. L’Allemagne et les Etats-Unis ont notamment proposé des solutions alternatives à base de véhicules de combat d’infanterie Marder 1 et M2 Bradley d’occasion issus de leurs surplus respectifs. Le projet d’acquérir en parallèle 35 à 50 BMP-3F pour les Marines grecs aurait quant à lui été abandonné au profit d’AAV-7 américains d’occasion.

- Inde : la Russie a proposé à l’Inde d’acquérir le BMP-3 et de le produire sous licence après transfert de technologies au lieu de développer son propre véhicule de combat d’infanterie (programme FICV) pour remplacer ses BMP-2. La cible d’acquisition indienne serait de 2600 véhicules.

- Syrie : à confirmer.

- Yémen : à confirmer.

Article

> Mise à jour : juin 2013
> Date de publication : novembre 2006
> Auteur : redstars.


BMP-3 (photo : Rosoboronexport)


Le BMP-3 est totalement amphibie.


Le BMP-3 vu de face


Le BMP-3 avec le système de protection Arena.


BMP-3 (photo : Rosoboronexport)


Le BMP-3 dégage une impression de puissance !


Le BMP-3K de commandement.


Le BMP-3F est la version utilisée par l’infanterie de marine pour les opérations amphibies.


Le BMP-3M, la version modernisée du BMP-3 de base, est proposé à l’export.


Le BRM-3K Rys avec son radar de reconnaissance.


Un BRM-3K Rys démontre ses capacités de franchissement d’obstacles.


La version de dépannage BREM-L Beglianka.


L’automoteur d’artillerie 2S31 Vena sur chassis de BMP-3.


2S31 Vena.


BMP-3 Kornet-E (photo : Jane’s/Christopher F Foss)


BMP-3 Krizantema.


Le BREM-L avec sa grue télescopique déployée (photo : Rosoboronexport).


BRM-3K Rys de reconnaissance (photo : Rosoboronexport).


BMP-3 Krizantema en action aux mains des forces du CNT lors de la prise de la ville de Syrte.


Prototype de l’Objet 502 avec le mat télescopique déployé.


Prototype de l’Objet 502TB.


Prototype de l’UR-07M.


Le véhicule 9P157-4 du système Krizantema dans sa version modernisée de 2012.


Les 9P157-4 (véhicule de surveillance et commandement) et 9P157-2 (lanceur) du système anti-char "Krizantema" côte à côte.


BMP-3 d’observation d’artillerie (photo : Radiozavod).


Engin de déminage UR-07M sur châssis de BMP-3.